Partagez | 
 

 Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ PIECES : 3
▬ MESSAGES : 81
avatar

Reimo Rekunen

MessageSujet: Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea   Sam 21 Déc - 17:58



Qu'il est doux d'entendre le doux sifflement de la nature à l'heure où l'aube se lève. Ces arbres en fleurs répandant leurs pétales avaient créé un chemin rose traversant le paysage vallonné. Était-ce un bourdonnement d'insecte que l'oreille attentive qui se tendait entendait dans le lointain. Comme le bruit d'une abeille butinant de fleurs en fleurs. L'herbe était douce comme nulle part ailleurs ; sa couleur également, avait gagné en intensité, peut-être parce qu'il la regardait fixement. Beaucoup de rêves avaient dû s'éveiller à Zeath - à condition, bien sûr, d'oublier qu'on se trouvait sur une île déserte où l'on pouvait perdre la vie.
Reimo avait oublié à quel point il pouvait être sensible à la beauté d'un paysage. Celui-ci était si différent de sa Finlande natale qu'il avait l'impression d'avoir franchi le seuil d'un autre monde. Pour lui, une telle vision relevait du paysage fantasmé, celui où l'on plaquait ses émotions les plus légères sur une toile blanche. Même la couleur des cerisiers était surnaturelle : pourquoi ce rose si pâle, si peu naturel ? Pourquoi ses formes courbes, douces, créant un espace clos qui n'avait rien d'angoissant. Reimo se laissait envahir par la sérénité du lieu. Il n'était plus certain du chemin qu'il avait pris pour parvenir jusqu'ici. Il avait du mal à se repérer sur l'île et n'avait pas cherché un tel havre de paix. Comme à son habitude, il cherchait des réponses qu'il ne pouvait pas trouver. Cet endroit était suspect : rien ne pouvait expliquer sa présence sur cette île. Mais il avait vu des choses qui dépassaient l'imagination. Et, même s'il était toujours autant persuadé qu'auparavant qu'une personne était bien déterminé à l'éliminer, il ne parvenait pas à trouver un sens à l'île. Le grand méchant de l'histoire était capable de choses surprenantes. S'il n'avait pas construit l'île, il devait avoir trouvé le moyen de la rendre visible aux hommes. Ce comportement supposé rendait les hypothèses plus diverses encore. Cet homme avait quelque chose à prouver. À leur prouver, car Reimo était persuadé que chacun de ceux invités sur l'île étaient destinés à recevoir un message particulier, avant de mourir dans d'atroces circonstances. Sauf si on les poussait au suicide en les abreuvant de merveilles en tout genre. Dans ce cas, ce serait bien le plus étrange méchant de l'histoire.
Les perceptions de Reimo étaient ouvertes au maximum. Puisqu'il était seul, il était certain de ne profiter que de ses seules émotions, ce qui était rare. Reimo avait peur de perdre toute sensibilité à force de savoir ce que les autres ressentaient. Cela l'amenait à se positionner dans une situation paradoxale. Il fuyait la compagnie des hommes pour se retrouver, mais il avait besoin de celle-ci pour ne pas finir fou de solitude. Il avait parfois besoin d'alliés, de personnes avec qui partager ses peurs, ou bien de personnes à provoquer, pour le simple plaisir de se sentir en vie. Pour toutes ces raisons, il avait du mal à se lier et n'avait pas encore de lien très régulier avec quiconque. Il ne savait pas si cela était dommage ou s'il valait mieux que tout reste ainsi. Il hésitait souvent, oscillant d'une réaction à une autre en fonction de son humeur du moment. Là, par exemple, il se sentait en paix avec lui-même et n'avait pas envie d'être dérangé. Cependant, il aurait bien aimé partager avec quelqu'un la sérénité qu'il ressentait. Il voulait mettre des mots à ce qu'il voyait et, comme il se refusait à parler tout seul, Reimo avait l'impression de conserver pour lui quelque chose de trop fort, qui allait le consumer.
Quand se passa la transition, Reimo ne saurait le dire. Mais quand il se rendit compte que ses émotions avaient sensiblement évolué, il avait aperçu le corps. Par chance, il savait très bien ce que tout cela signifiait, sans quoi, il aurait réveillé par un cri celui qui était allongé là. Reimo avait senti que celui-ci était plongé dans le sommeil. Son pouvoir en donnait un rendu très étrange, car s'il ne donnait à Reimo aucune impression de fatigue ou de lassitude, l'idée de repos lui venait. Ce qu'il ressentait était très paradoxal : il sentait le néant du repos sans pour autant gagner des forces. Physiquement, donc, il ne ressentait aucun effet du sommeil de l'endormi, mais mentalement, la perception accompagnait parfaitement la sérénité du lieu, ce qui expliquait qu'il lui avait été difficile de faire la différence. Pour autant, Reimo ne trouvait pas cela très agréable. Il avait l'impression d'avoir affaire à un poids mort, avec toute cette dose de néant et cette absence de réaction au milieu extérieur. Il avait très envie de réveiller le jeune homme, sans pour autant trouver le courage de le faire. Puisqu'il n'avait jamais vu de cadavre, il ne pouvait savoir s'il ressentait la même chose que face à un corps sans vie. Ce n'était pas du dégoût ou de la peur, mais plutôt de la gêne. Il n'aimait pas cette sensation mais n'osait pas le réveiller. Il osa s'approcher du corps sans vie. Cela relevait selon lui de la pure logique : il fallait toujours s'approcher de ce qui nous impressionnait. Reimo ne faisait rien d'autre que cela.
À la vue de la chevelure blanche, Reimo ne put s'empêcher de comparer le jeune homme à lui-même. Il était très imprudent de s'endormir en pleine nature, même dans un endroit aussi paradisiaque. Le jeune homme endormi ne faisait rien d'autre que ce que Reimo aurait aimé faire : se laisser aller complètement, perdre son attitude soupçonneuse pour perdre l'instant présent. Il était prêt à repartir, car il voyait bien les différences existant entre eux deux. Il ne le connaissait pas, mais Reimo savait déjà qu'il n'avait pas les mêmes doutes que lui, qu'il était quelqu'un de sympathique. Et cela, il le lisait sur son visage. Les personnes endormies étaient plus belles que lorsqu'elles étaient éveillées : elles n'étaient pas sur la défensive. Reimo se positionna à quelques pas de là, attendant le réveil de l'autre. Le mouvement dut le déranger, car le rêveur s'éveilla quelques instants plus tard.
« Eh bien, tu devais être très fatigué pour t'être endormi à découvert. » commenta Reimo pour attirer son attention.
Le paysage influençait vraiment son humeur : il se montrait pour une fois tout à fait gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ PIECES : 5
▬ MESSAGES : 25
avatar

Qazea Sayou

MessageSujet: Re: Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea   Mar 24 Déc - 12:12

Un bourdonnement. Un sifflement. Une douleur. Un réveil. Un humain. J'ouvris les yeux et me rendit compte doucement que je n'étais plus sur le bateau.

« Eh bien, tu devais être très fatigué pour t'être endormi à découvert. »

Tiens, quelqu'un. Mais... Où suis-je ? Je n'étais pas, il y a quelques instants, sur un bateau qui était censé me mener jusqu'à ma destinée ? Je ressentis une douleur vive dans le cou. Je passa mes doigts dessus. Une piqûre.

-Bonjour... Est-ce qu'on est... Arrivé ?

J’aperçus au loin une pancarte me narguant. Oui, j'étais arrivé. Je regarda ensuite la jeune personne, l'examinant.

-Je suis désolé... J'ai dut m'endormir sur le bateau qui menait ici. Dis-moi... Pourquoi ais-je un bracelet et une sorte de douleur au coup ? Et je me sens... Fatiguer...

Je regarda ensuite le sol. Je pris peur. Nous étions sur de l'herbe, et rien. Un cour d'eau de l'autre côté. Le bateau était venu par là. Un arbre, avec rien dessus. Juste des branches.

-Merde... Je ne vois plus l'herbe ! Je ne vois plus les feuilles ? Qu'est-ce qui m'arrive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ PIECES : 3
▬ MESSAGES : 81
avatar

Reimo Rekunen

MessageSujet: Re: Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea   Dim 29 Déc - 15:32

Le pauvre avait l'air totalement perdu : il avait d'emblée demandé s'ils étaient arrivés, phrase énigmatique quand on savait qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés. Reimo avait bien du mal à en savoir plus, car l'attention du jeune homme était portée sur la piqûre qui lui avait été laissée dans la nuque. Elle lui faisait mal. Reimo avait éprouvé une sensation identique lorsqu'il avait découvert la sienne. Jusqu'alors, il s'était dit qu'il avait été piqué par un insecte particulièrement gros et que la piqûre finirait par partir d'elle-même. Mais, en voyant le jeune homme piqué à sa tour, Reimo commençait à avoir des doutes. Mais voyant que son interlocuteur n'était pas en mesure de s'exprimer sur le sujet, Reimo préféra le laisser retrouver ses esprits. Ainsi, il en saurait plus sur sa situation.
Le jeune homme sembla comprendre à son tour qu'ils ne s'étaient jamais vus et il en profita pour s'excuser. Reimo avait bien fait de ne pas lui poser de questions, car les sujets qu'il comptait aborder venaient d'eux-mêmes. C'était une excellente nouvelle. Reimo observa le poignet quelques instants et vit enfin que le bracelet avait la même couleur que le sien. Cela voulait donc dire qu'ils appartenaient à un même groupe de personnes - bien qu'il fût incapable de dire ce qui les reliaient entre eux.
Émotionnellement, le nouveau venu était en ébullition. Il y avait bien trop pour que Reimo pût se faire une idée très précise de son état d'esprit. Il était fatigué, ainsi qu'il l'avait lui-même signalé, il ne comprenait rien à ce qui lui arrivait et semblait prêt à exploser. Reimo aurait très bien pu se moquer de lui et le planter là, comme il avait envie de le faire. Mais il n'avait aucune raison valable de s'éloigner. Même s'il trouvait amusant l'idée de l'abandonner, il ne pouvait s'empêcher de se sentir concerné par son histoire - difficile de faire autrement lorsque vous pouviez ressentir les émotions des autres. De toute façon, cet homme ne faisait manifestement pas partie de la grande organisation qui voulait tuer Reimo. Il pouvait donc lui faire confiance sur ce point.
« Je vois, tu es un nouveau venu. » répondit Reimo pour essayer de focaliser son attention sur ses paroles.
Peine perdue. Reimo ressentit de plein fouet la vague de panique qui s'empara du jeune homme lorsque ce dernier se rendit compte qu'il n'arrivait plus à voir herbes et feuilles. Reimo trouva la sensation très désagréable et ne se gêna pas pour le faire remarquer.
« Hé, tu pourrais faire attention à ce que tu ressens ! Je ressens tout, moi aussi. » se plaignit-il.
Il n'empêche, tout cela était très étrange. Reimo ne s'expliquait pas pourquoi cet homme avait perdu une partie de sa vision. Il ne lui était rien arrivé de tel lorsqu'il était arrivé. Cependant, on ne pouvait pas dire qu'à son arrivée, tout avait été normal : il s'était réveillé avec cet étrange don, une piqûre similaire... et il avait aussi cette inscription, ce liar gravé dans la peau, qu'instinctivement Reimo cachait lorsqu'il parlait à quelqu'un. Il n'avait pas envie de voir les autres s'interroger sur la signification de ce message. Surtout lorsqu'il lui arrivait de dire la vérité, comme ç'allait être le cas avec l'inconnu.
« Calme-toi, l'herbe et les feuilles sont toujours là. Essaie de toucher pour voir. Je crois que c'est censé être normal. Il nous arrive tous des trucs bizarres à notre arrivée sur l'île. Parce que si c'est là que tu devais arriver... tu y es, crois-moi. »
Nul doute que le nouveau venu allait attendre des explications de la part d'un gars qui était là depuis plus longtemps que lui. Le problème étant que ce gars en question n'en savait pas beaucoup plus. Reimo se rapprocha doucement du jeune homme, s'installa près de lui et se lança dans quelques explications.
« Je m'appelle Reimo, et je suis navré de devoir te dire que je ne suis pas là pour t'accueillir ici, je suis tombé sur toi par hasard. Comme toi, j'imagine, j'ai pris un bateau qui m'a amené jusque là même si... je ne me rappelle pas vraiment y être arrivé. »
Le trou noir, même. Ce devait être la faute à cette foutue piqûre.
« Ici, c'est Ériel. Un endroit comme tu n'en as jamais vu. C'est une île, et je ne sais pas comment on fait pour partir d'ici - mais j'aimerais bien. Le bracelet, je ne sais pas trop ce que ça signifie, mais il a la même couleur que le mien, et tout le monde n'a pas la même, donc je suppose qu'on doit être dans le même groupe ou quelque chose comme ça. La piqûre... J'en ai reçu une aussi. J'ai senti qu'elle te faisait souffrir, et ça passera assez vite. Je ne sais pas d'où ça vient. Après, comment dire... il y a... des choses étranges sur cette île. Des choses qui ne devraient pas exister. Tu vois, comme... »
Reimo hésita. Il savait qu'il pouvait se permettre de parler du bracelet et de la piqûre, puisqu'il ne savait pas grand chose sur eux et que le peu qu'il savait venait de déductions logiques. En revanche, faire admettre au jeune homme l'existence de pouvoirs magiques était plus délicate. Même s'il ignorait si l'incapacité de l'inconnu à voir l'herbe et les feuilles était un pouvoir ou une simple déconvenue, du même type que l'inscription dans sa peau.
« Mon hypersensibilité... » conclut Reimo prudemment.
De toute façon, il l'avait bêtement révélée lorsqu'il s'était plaint de ressentir tout trop fort. Il faudrait bien que l'autre en eut conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réveil sous les fleurs. ⌂ Qazea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bug sous linux:
» Affichage sous IE des smileys et gif animés
» [ résolu ] orca browser ne se connecte pas sous vista basic
» [Résolu]Fermeture impossible des fenêtre PDF sous Mozilla.
» Site sous different navigateurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PHENOMENON. ::  :: zeath-
▬ RP(s) LIBRE(s) ;
Aucun.
__________

1 quête disponible
2 objets au marchant itinérant
0 offres au troc
2 chasses
2 recettes d'alchimies
Plus ? Vous ?