Partagez | 
 

 Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Spiritualiste ▬ Permet d'invoquer un esprit élémentaire et éventuellement, de réussir à le maîtriser. Si celui-ci accepte de vous écouter sans détruire vos alliés au passage, bien évidemment.
▬ PIECES : 44
▬ MESSAGES : 135
avatar

Gaïa Euphemia

MessageSujet: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Jeu 2 Jan - 4:09

C'est drôlement dangereux, la liberté. Sous toutes ses formes. Parce qu'on voudra toujours pousser nos limites plus loin. Viendra bien un jour où on se relèvera plus.
we are young.

Fragrance d'un  mélange de sueur, d'alcool et de pisse, musique en fond surplombant les murmures. Des hanches qui se dandinent de droite et gauche, quelques buveurs quotidiens attablés au bar. Une ambiance différente du dehors, une ambiance ou le son de cette musique enivrante te ferai peut être oublier un peu toutes ces galères qui ne cessent de t'arriver, se succédant les unes aux autres. T'en as marre, tellement marre en fait que tu es là, au seuil de ce bâtiment, prête à commettre une folie. Une première. Qu'est-ce qui te retiens de toute façon, maintenant que toutes barrières se sont levées devant toi ? Tu n'as plus de limite, plus de murs épais autour de toi. Alors tu fais un pas. Et tu rentres. Tu mets tes contraintes de côté, tu es libre de faire ce qui te plait maintenant. Il t'arrive même à mettre tes bonnes manières de côté et tes belles paroles. Tu parles comme ces jeunes autour de toi, bien que pas encore complètement et tu es plus négligée. Tes cheveux sont à peine peignés, les pointes inégalisées, et qu'est-ce t'en as à faire ? Rien. Tu as même troqué ta jupe contre un vieux jean, des cernes immenses sous les yeux. Ça te donne un air différent. Tu es différente. Cette île t'a fait changé. Pas forcément en bien, mais tu te sens mieux.

Respire. Tu fronces le nez. C'est nauséabonde. Mais tu te forces à respirer. Parce oui, putain, t'es libre. Enfin. Tu vas pouvoir déplier tes ailes éphémères le temps de ton séjour ici, tant que personne n'aura d'emprise sur toi à nouveau et cette pensée te fait délicieusement frémir. Un frisson qui te traverse l'échine, et c'est si bon.

Tu plisses les yeux une fois dans le bâtiment, essayant de t'habituer à l'obscurité des lieux qui contraste avec le ciel clair et bleu. Ne mettant pas trop de temps à t'y faire, tu avances d'un pas incertain et hésitant. C'est la première fois que tu mets les pieds dans ses lieux, et tu n'es franchement pas à l'aise. Qu'est-ce qu'il faut faire ? Où on commande à boire ici ? Tu passes pour une belle idiote, encore une fois, mais tu ne perds pas espoir et tu te glisses dans un coin sombre de la pièce, regardant les clients faire. Tu chopes vite le truc, heureusement pour toi, te coulant à un coin du bar pour grimper un peu maladroitement sur un tabouret. Inconfortable, dur, ça change des coussins tout en broderie de chez toi, et étrangement, ça te satisfait d'avoir ce siège bois plutôt que le luxe de poser ton postérieur sur un truc moelleux. Doucement le coin de tes lèvres s'étire et tu souris discrètement, dans l'ombre. Mais une silhouette se dresse bientôt devant toi, te gênant plus qu'autre chose. Ton sourire s'efface, tu sors de ta rêverie et lève tes yeux vers l'homme qui te fait face. Ses yeux sont dénués de toute lueur, sa main essuyant un verre comme un automate. Il te regarde sans vraiment le faire, comme s'il pouvait voir au travers de ton corps. C'est frustrant. Mais bon, il est comme les autres.

« Qu'est-ce que je vous serre ? »

Tu manques de sursauter, t'agrippant à la surface froide du comptoir en t'arrachant à ton examen de force, cherchant rapidement un nom de bière figurant sur une carte que tu attrapes au hasard.

« Un... Monaco, s'il vous plait. »


Il hoche la tête et se détourne de toi. Tu fais le tour de la pièce du regard en soupirant, t'arrêtant sur la décoration murale et sa tapisserie plutôt sombre. Un peu glauque l'ensemble...

Clac.

La choppe de bière est sous ton nez et tu ne perds pas ton temps pour la saisir et en avaler de grandes lampées. Ça change du fond du bon petit muscat auquel tu y avais le droit de temps à autre lors des diners d'exceptions. C'est un peu amer, mais pas mauvais. Alors tu bois. Sans te soucier de rien. Ouais, tu bois.

made by pandora.

_________________

« In my crown, I'm king, I love their endless worshipping. »

Quatre roses ❀✿


Dernière édition par Gaïa Euphemia le Dim 5 Jan - 18:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Be quiet ▬ Permet d'étouffer tous les sons environnants pour faire régner un silence total, ou d'étouffer une partie des sons pour en mettre un en évidence. Pratique pour faire taire quelqu'un.
▬ PIECES : 8
▬ MESSAGES : 99
avatar

Kilian Vantas

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Jeu 2 Jan - 5:15


Il faisait beau temps, vous savez, ce genre de temps où vous voudriez sortir un peu le museau de votre maison qui sent extrêmement mauvais le renfermer ou qui put encore la fondue d'hier faite en famille - ou tout seul d'ailleurs - en ce temps d'hivers. Et même si la température était traitre au beau ciel dégagé, c'était là, dans ce genre de moment qu'on voudrait faire quelque chose de différent de nos habitudes débiles. Mais bizarrement, pendant des jours comme ça... Le monde ne changera pas et encore moins nos habitudes débiles. Les gens de nos jours n'ont plus le temps de changer leurs habitudes, ils se sont fait à leurs quotidiens déprimants et continuent de se plaindre de ceci et de cela alors qu'ils ont l'occasion d'au moins changer le temps d'une balade.

Depuis que tu es arrivé sur cette île Kilian, ta vie n'est pas aussi passionnante, elle l'est même peut-être encore moins car qu'est-ce que tu veux aller raconter aux gens de cette île ?  Ce qui t’ai arrivé ? Bah non mon pauvre gars parce que de toute façon, ils ont l'air de l'avoir tous vécu ce truc spécial avec la lettre. Alors au final, le seul événement spécial qui t'était arrivé, ici, il te servirait à rien et tu peux te le mettre là où je pense à tout jamais.
Alors comme presque toutes les semaines, tu te rends à cette taverne pour oublier. Oublier pendant quelques heures où tu es, qui tu es, pourquoi tu es là et surtout... à quel point ton cœur te faisait mal depuis le départ des tes parents adoptifs et ton petit ami. Tu poussas donc la lourde porte en bois de cette taverne- qu'on appelle " bar " dans le temps modernes mes amis - pour poser un pied à l'intérieur puis le deuxième. Laissant la porte se refermer d'elle même, quand elle claqua, l'homme derrière le comptoir posa son regard sur toi et gueula : « Vas y plus fort la prochaine fois. » Tu le regardas sans vraiment poser un quelconque intérêt à ce qu'il pouvait baratiner, tu murmuras tout doucement dans ta barbe - barbe que tu n'as pas, car, AH, tu es imberbe mon chéri - : « Si ça peut te faire plaisir... » Tu t'approchas des grands tabourets de bois qui étaient disposés devant le haut comptoir qui était lui même en bois. Ton regard vert se posa sur une fille aux longs cheveux noirs qui n'avait pas l'air à l'aise de se trouver ici mais qui prenait bien son pied à boire sa chope de bière. Tu te posas à ses côtés car elle semblait silencieuse et sans danger... Quand on parle de " sans danger ", c'est plutôt n'avoir aucun risque de parler ou faire quelque chose d'humain avec cette personne. Tu appelas le tavernier en levant ta main pâle pour lui demander de te servir une première chope de bière, la moins chère. Celui se dépêcha d'aller te chercher ta foutue boisson tandis que toi, tu regardais la jeune fille toujours posée à tes côtés du coin de tes yeux vert jade. Un petit rire t'échappa, car tu remarquas bien qu'elle n'était pas du genre à être déjà venu dans un bar même avant d'être venu ici. Peut être même tu émis l'hypothèse qu'elle devait venir d'une famille aisée. Son comportement, son allure, tout ce qui faisait d'elle était soigné... Malgré le jean, les cernes et les cheveux en bataille. Tu supposes que pour ces deux trois petits détails c'était normal d'être ainsi du moment qu'on se trouve dans cette merde.

Pour ta part, tu te tenais comme un vrai mauvais garçon. Ton jogging gris semblait ne pas être à ta taille et pourtant, c'était bel et bien ta taille. C'est la mode qui veut ça vous savez : les vêtements moulants et courts, les vêtements longs et larges... Dans tous les cas, tu aimais ce genre de jogging large car il te faisait sentir à l'aise et pour déprimer c'était carrément le top. Ton t-shirt noir avec comme seul imprimé ce "A" cerclé en blanc. Sans veste, tu avais les bras nus, on voyait parfaitement ton tatouage. Mis-à-part ton t-shirt d'anarchiste, tes chaussures te définissaient aussi... Des Docs Martens noirs usés mais qui tenaient encore la route et pour bien longtemps, c'était pas n'importe quelles chaussures et n'importe qui vous le dira! Tes lacets étaient détachés, ce qui faisaient que tes pompes se détendaient mais ça rendait bien, ce côté négligé que tu avais... Tu l'accentuais avec ton visage froid mais si beau. Des cheveux colorés en brun rouge, ta vraie couleur prenait vraiment beaucoup le dessus, des cheveux noir corbeau. Les pieds sur la barre du tabouret, les jambes légèrement écartées et le coude droit sur le comptoir avec la chope à la main... Tu passais ta main gauche dans tes cheveux qui se décoloraient. Tu passais cette même main vers la poche de ton jogging pour la fourrer à l'intérieur et en sortir ton paquet de cigarettes fraichement acheté il y a peu, tu posas le paquet sur le comptoir pour retourner chercher quelque chose dans ta poche et en sortir un briquet. Tu gardas le briquet dans ta main mais posa ta bière sur le comptoir en bois, attrapant de nouveau ton paquet de tiges à herbe légal, tu en sortis une et la cala entre tes fines lèvres roses et humides. Rapidement, tu utilisas ton briquet pour griller le bout de ta clope... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Spiritualiste ▬ Permet d'invoquer un esprit élémentaire et éventuellement, de réussir à le maîtriser. Si celui-ci accepte de vous écouter sans détruire vos alliés au passage, bien évidemment.
▬ PIECES : 44
▬ MESSAGES : 135
avatar

Gaïa Euphemia

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Dim 5 Jan - 18:13

Je m'en moque. Je m'en fous. Je m'en branle. Je fais ce que je veux, j'en ai marre de ces putains de restrictions. Laissez moi grandir et évoluer dans ce monde qui n'en vaut pas la peine. Tout ça, j'en ai par dessus la tête.
fuck the society.
Au fond, qu'est-ce qu'il y a de mal à se mettre un peu la tête en vrac ? Oublier le reste pour une fois. Essayer tout ce qui te passe sous la main, même le nocif. T'as plus rien à perdre, tu cherches juste à découvrir ce que les jeunes se vantent de toucher, goûter et se mettent dans le crâne. L'autodestruction ne t'a jamais attiré auparavant mais depuis que tu as des ailes dans le dos, tu as besoin de ta petite dose d'adrénaline quotidienne. Te mettre en danger, faire quelque chose de malsain que tu pourrais regretter mais au fond, tu t'en fous. Quelles conséquences ça pourrait avoir sur cette île ? Tu n'y comptes pas y rester longtemps. Enfin, déjà faudrait-il trouver un moyen d'en sortir. Un goût encore plus amer que celui de la bière envahit ta bouche et ta gorge au souvenir de ce mur invisible qui entoure l'îlot. Tes pieds à moitié dans l'eau et tes poings frappant de toute leur force cette chose imperceptible à l'œil nu à t'en briser les poignets. Ton visage se crispe et tu grimaces en avalant une autre gorgée pour chasser les images de ta tête. Tu trouveras bien un autre moyen, qu'importe. Mais avant, tu comptes un peu en profiter.

Tu balances distraitement tes pieds au rythme de la musique en fond qui te bourdonne dans les oreilles. Une litanie à la fois douce et entrainante qui t'occupe l'esprit alors que tu vides peu à peu ta choppe de bière. Remettant ensuite lestement une mèche de cheveux rebelle en place, tu glisses un regard en coin à l'homme qui vient de faire une entrée plutôt remarquer, manquant de te faire sursauter. Le barman lui a lancé une réplique provocatrice à laquelle il répond de façon nonchalante, rejoignant le tabouret à côté du tien. Tu étudies ses mouvements avec attention et tu vois une forme de consolation en remarquant bien vite que c'est également un des arrivants. Tu jettes un regard à ses habits, ses chaussures puis son visage. C'est sûrement la première fois que tu vois un homme se colorer les cheveux de cette couleur. Une couleur chaude et voyante, mais qui te plait bien, contrastant parfaitement avec ses yeux de jade. Tu t'arraches ensuite à ton analyse pour fixer tes doigts qui tapotent la surface lisse du bar. Un tressaillement te secoue un peu en sentant le poids de son regard se poser sur toi ensuite. Machinalement, tu tentes de cacher un peu ton minois pâle et cerné derrière quelques mèches épars de ta tignasse corbeau. Manquerait plus que tu lui fasses peur avec cette tête de revenante. Tête que t'a valu une bonne paire de nuits blanches.

Un rire presque sarcastique résonne, t'attirant une mine agacée. De quoi peut-il rire, celui-là ? Tu renifles dédaigneusement. Reniflement camouflé par la musique tandis que tu fais tourner le contenant de ta boisson entre tes mains pour t'occuper. Puis, d'un mouvement rapide, tu finis ta bière pour claquer le récipient sur le bois du comptoir. Deux solutions s'offrent à toi : soit tu cries comme les gars virils dans les fils « UNE AUTRE. », soit tu fermes ta gueule et tu te fais chier. Bon... Optons pour la deuxième option pour le moment. De toute façon, t'as déjà un peu la tête qui tourne tant tu n'es pas habituée. Tu glisses un regard las à la boisson de ton voisin en secouant la tête ensuite. Résigne toi, tu vas pas finir comme les vieux qui fument leur cigare au fond de la pièce. Oh, et puis merde... Tu interpelles le barman, lui lance un regard de biche et lui demande d'une voix plus assurée que précédemment une seconde bière. Plus forte cette fois. Il s'exécute sans broncher. Pas même un sourire face à ses yeux de faon, sans cœur. Tu me diras, les automates ne sont pas là pour fondre, ils n'ont pas de sentiments. Au final, tu doutes même si ces natifs sont vraiment... Humains.

Une odeur te fait tourner la tête. Une odeur familière de tabac qui brûle. Une fumée blanche gêne ta vue comme un léger voile et tu retiens un toussotement. Tu n'as jamais été une grande fan de tout ce qui est oralement fumable. Pourtant, fugacement, tu te demandes si ça vaut le coup d'essayer. T'es majeur après tout, tu peux bien te permettre une petite folie. Rien qu'une. Puis c'est sympa, juste une seule fois. Ça ne rend pas accro, juste une seule fois. Non, ça ne te mènera pas au trépas, ça ne t'ouvrira pas la porte en grand vers toutes ces merdes. Alors tu prends ton courage à deux mains et fait pivoter lentement ton fauteuil vers le garçon. Tu t'éclaircis la voix, essaye de parler normalement pour pas qu'il te prenne pour une arrogant hautaine avec son vocabulaire bizarre. T'es dans un monde extérieur, Gaïa. Un monde qui appartient aux jeunes. Alors, soit le.

« Salut, excuse moi... »

Ca commence bien. Tu jettes un regard envieux à sa clope.

« T'aurais pas une cigarette en rab, s'il te plait ? »


Faut croire que niveau langage, ça va, tu vas te faire comprendre. Nerveusement, tu pivotes légèrement de gauches à droite encore ton tabouret, penchant la tête sur le côté, tes cheveux retombant sur une unique épaule. Ta bière arrive au même moment et tu inspires. Tu pousses le bouchon niveau limite, tu ne crois pas ?
made by pandora.

_________________

« In my crown, I'm king, I love their endless worshipping. »

Quatre roses ❀✿
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Be quiet ▬ Permet d'étouffer tous les sons environnants pour faire régner un silence total, ou d'étouffer une partie des sons pour en mettre un en évidence. Pratique pour faire taire quelqu'un.
▬ PIECES : 8
▬ MESSAGES : 99
avatar

Kilian Vantas

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Dim 5 Jan - 19:48


Sur cette île dont tu ne retenais jamais le nom, peut être qu'en fait tu n'avais jamais prit la peine de le savoir. Peut être que cette île n'avait pas de nom en particulier tout simplement ? Oh, tu ne cherchais même pas à te creuser la tête pour savoir ça, mais si il y avait bien une chose que tu savais et que tu sentais bien passer était le fait que depuis que tu étais là, aller au bar boire une ou deux chopes de bière était devenu une habitude. Mauvaise habitude vous allez me dire. C'est vrai. Mais à quoi bon se retenir ici ? Ici comme là-bas, chez toi. Tu n'avais rien à perdre et il n'y aurait eu personne pour supporter tes bêtises et te faire une soi-disante morale qui devrait t'aider à réagir, hahin mon œil, même si tu devais rentrer complètement bourré dans ton appartement vide, y aurait personne sur qui taper, sur qui crier, personne pour te prendre dans ses bras et te consoler. Tu étais jeune et déjà épuisé de tenir la tête hors de l'eau, alors ouais, franchement... depuis que tu étais arrivé ici, au lieu de reprendre tout à zéro, tu te laissais couler, tu te laissais tirer dans les profondeurs. Et t'avais pas envie d'en sortir, de toute façon, t'étais tellement au fond du trou que ça prendrait des siècles à te faire sortir la tête d'ici.

Fumer, fumer et fumer. C'est tout ce que tu faisais. Tu l'as toujours fais. Tu le feras toujours. Depuis tes quatorze ans, fumer était devenu quelque chose d'anodin. Tu fumais pour oublier, pour te détendre, pour ne pas casser quelque chose ou même pour ne pas te casser toi-même. Sauter du haut d'un immeuble, te noyer dans ta baignoire, t'ouvrir les veines du coude au poignet, t'étouffer dans ton oreiller. Toutes ces idées, toutes ces idées que les jeunes ont, elles ne te quitter jamais. Même à dix huit ans elles étaient toujours présentes dans ta tête et plus le temps passait et plus les événements s'empilaient plus elles s'imposaient. Du simple tabac ne te suffisait plus, t'étais passé à un autre niveau mon gars mais jamais tu n'irais toucher à la drogue de toxico ( de l’héroïne, de la désomorphine...). Tu te limitais au cannabis, au tabac, au shit. Certaines personnes trouveraient ça classe, vous savez, toutes ces images qu'on trouve sur le net tellement à chier, des photos tellement clichés, fumer était devenu mode. Pour toi, c'était tellement débile que les petits s'y mettent juste pour faire jolie sur leurs photos de couverture Facebook. Et ces pseudos rasta-man ? Qui peuvent pas s'empêcher de le montrer à tout le monde qu'ils le sont ? Tu étais saoulé de tout ce que tu voyais, pour toi, fumer n'a jamais été une fierté. Putain. C'est vrai, tu avais oublié. C'était tellement bien d'avoir les poumons noirs, de cracher de la fumée blanche, de tousser à faire autant de bruit qu'une moissonneuse batteuse, de se réveiller avec une gorge qui t'arrache, cracher du sang, puer de la gueule, jaunir. Ouuuais, c'était putain de "swag".

A cette pensée, tu serrais le manche de ta chope dans ta main droite, celle ci tenait aussi ta cigarette entre son index et son majeur. Les yeux clos, le nez légèrement plissé. C'était dans ce genre de moment que tu avais envie de fumer un bon coup et boire pour faire chasser ces saloperies de ta petite tête de nerveux. Tu détendais ta jambe droite, celle-ci commençait déjà à te faire mal d'être pliée, oui, déjà. Approchant ta cigarette de ta petite bouche après avoir lâché ta chope de bière, tu tiras un long coup sur ta clope... On voyait le bout de cette dernière se faire griller et finir en cendre épaisse, cette cendre, tu allais la déposer dans un cendrier en marbre qui était disposé entre toi et la jeune aux cheveux noir corbeau. Tu déposas ta cigarette qui grillait seule dans la petite fente du  cendrier, tu n'avais pas encore recracher ta fumée, tu la gardais dans tes poumons pour finir par la regarder par la bouche, lentement.

Alors que tu comptais prendre une gorgée de ta bière, la fille à tes côtés t'adressa la parole. YOUPI! Bravo mon gars, toi qui pensais qu'elle allait la fermer, tu t'étais trompé! Ton regard vide se posa sur sa petite bouille, le coude sur le comptoir en bois vernis. Étrange, elle n'était pas du genre à fumer ni même à boire d'ailleurs... Oh et puis, qu'est-ce que ça pouvait bien te foutre mon gars ? Que dalle, c'était pas ton problème quoi. Si elle voulait se bourrer la gueule et finir la tête au fond de la cuvette, c'était dans ses droits. De toute façon, comme toi et comme peut-être le trois quart de cette île, qu'est-ce qu'elle avait à perdre ? Tu te décidas enfin de lui répondre, tu étais lent, très lent... Elle avait bien dû attendre trente secondes. « Une clope ? » Ta voix n'était pas très grave mais on sentait tout de même bien que tu avais mué. Et tant mieux, ça ferait con d'avoir une voix de puceau à ton âge. Tu haussas un sourcil en te redressant, tu la regardais de tes yeux verts avant de sourire aux coins de les lèvres. C'était mignon n'empêche, c'était surement sa première cigarette, elle allait carrément s'enfumer avec la fumée, peut être qu'elle allait même pas fumer mais crapoter comme tout bon débutant. « Okay poulette, je t'en passe une. » Tu glissas ta main dans ta poche pour en sortir ton paquet et le lui lancer. « Tiens, sers toi. Et surtout... » Tu lâchas ta tête en arrière pour continuer de sourire comme un psychopathe, tandis que tes yeux verts ne la lâchaient pas. « ... Pense à bien inspirer fortement avec la fumée et de bien la garder dans les poumons sinon c'est de la triche et une clope à rembourser. Okay ?  ~ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Spiritualiste ▬ Permet d'invoquer un esprit élémentaire et éventuellement, de réussir à le maîtriser. Si celui-ci accepte de vous écouter sans détruire vos alliés au passage, bien évidemment.
▬ PIECES : 44
▬ MESSAGES : 135
avatar

Gaïa Euphemia

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Lun 6 Jan - 21:44


C'est bon. Et dégoûtant à la fois. Mais surtout bon. C'est un début, un premier pas dans une nouvelle expérience. Et t'as pas fini d'en faire, des expériences.
envol
Les secondes passent, étrangement longues et embarrassantes. Vous vous fixez depuis un moment, yeux dans les yeux. Pourquoi ne répond t-il pas ? On dirait une de ces batailles de regard où il ne faut pas faillir ni même abaisser les paupières. D'ailleurs, tu ne le fais pas. Tu continues à braquer tes mirettes dans les siennes, l'air impénétrable et neutre. Soit son temps de réaction est plutôt long, soit ça indique clairement qu'il ne veut pas faire preuve d'un peu de générosité à ton égard. Mais tu aimerais l'entendre de sa bouche dans ce cas. Puis lentement, très lentement, ses fines lèvres s'entrouvrent pour laisser aller sa voix :

« Une clope ? »

Tu lèves les yeux au ciel sous sa question que tu juges futile, lâchant un soupir par la même occasion. Non non, un bout de bois. Abruti. Tu commences à perdre ta patience, tu es sur les nerfs depuis que tu es ici. Cette île te fout les nerfs, en fait. T'attends déjà de partir depuis un bout de temps, tu vas pas en plus attendre pour une cigarette qui se trouve même pas à 20 centimètres de toi. Mais ce qui t'agace encore davantage, c'est la façon qu'il a de te considérer avec son regard de jade. Des yeux qui semblent traduire nettement les pensées que le jeune homme entretient sûrement. Tu le sais ça, que t'as pas une tête à fumer, à boire ni à faire une connerie du genre. T'en crèves juste d'envie à cet instant même, c'est tout. T'as juste besoin « d'ouvrir les vannes », de tout lâcher. Et inexorablement, ça te rappelle cette chanson qui défile souvent sur ton ipod. Ton esprit cite les paroles dans un rythme qui contraste avec celui de la radio du bar.

« J'ai besoin d'ouvrir les vannes, tu comprends, de tout lâcher, 
Comme un puceau qui ment,
De hurler mes mots pesants, avec ma voix d'adolescent qui a jamais mué,

[…]

Mes tentatives désespérées d'me faire passer pour un mec que j'suis pas,
Et que j'serai probablement jamais ! »


Ouais, c'est ça, après tout. Mais tu t'en fous, t'auras tout le temps de penser à ça plus tard, de te chercher et de te découvrir. Chose que tu n'as pas pu faire derrière ces murs de marbre blanc que même la terre grasse ne pourrait salir tant ils sont éclatants. Tu t'en souviens, n'est-ce pas ?

« Okay poulette, je t'en passe une. »


Poulette... Ce surnom t'horripile et t'amuse à la fois. Tu trouves ça irrespectueux quelque part mais c'est bien la première fois qu'on t'appelle comme ça. Ironiquement, l'ombre d'un fugace sourire étire tes lèvres. Et puis, il t'a dit oui, ça te satisfait amplement alors tu ne réponds pas et tu te contentes de le regarder prendre son paquet l'extirpant de sa poche tout aussi lentement avant de te le lancer. L'attrapant du premier coup, tu l'ouvres avec un certain empressement pour tirer une clope de l'intérieur du carton, lui rendant ensuite. Tu le remercies d'un signe de tête, la coinçant entre tes lèvres aussitôt en tentant de paraître sûre de toi. Tu n'as pas réellement envie de passer pour une abrutie de première en t'étranglant à en recracher tes poumons encore sains. Mais ce qui t'inquiète le plus, c'est surtout ce sourire de fou qui relève le coin de ses lèvres. Un sourire étrange, digne d'un psychopathe. Quel étrange gamin. Cette grimace t'arrache un haussement de sourcil un peu septique et tu te demandes à quoi il joue.

Tiens, sers toi. Et surtout... Pense à bien inspirer fortement avec la fumée et de bien la garder dans les poumons sinon c'est de la triche et une clope à rembourser. Okay ? »


Tu n'aimes pas son ton et la façon dont il te dit ça. Il ne t'inspire pas confiance en fait, ce drôle de personnage au cheveux roses et au yeux qui ne veulent plus ta lâcher. T'as sérieusement l'impression qu'il va te sauter à la gorge pour y planter les crocs tout en riant de manière machiavélique. Ouais voilà comment tu vas le surnommer, Machiavel. Ça sonne plutôt bien et ça correspond parfaitement à la tête qu'il fait à l'instant même. Tu souris légèrement à ton tour, mais avec sarcasme cette fois tandis que tu t'empares du briquet.

« Je ne pense pas que tu sois en position de me dicter ce que je dois faire. »


Tu l'allumes aussitôt après avoir fini ta phrase. À vrai dire, ce n'était pas ta première clope. Enfin si, mais tu avais déjà tiré une fois dans le temps, il y a quelques temps. Ah, le début de l'adolescence... Mauvais souvenir d'ailleurs. En espérant que cette fois, tu ne t'asphyxieras pas à moitié au bord des larmes. L'estomac légèrement noué, tu aspires un peu, regardant le bout de ta cigarette brûler pour se transformer en cendre. Tu la retires ensuite de ta bouche, coincée entre ton index et ton majeur et tu avales le peu de fumée et... Tu tousses. Comme une idiote, tu tousses. Pas autant que la dernière fois, mais quand même. Ça pique la gorge, c'est atroce. Alors tu mets ta main devant toi, étouffant les bruits. Tu vas pas mourir, hein Gaïa ? T'aurais l'air encore plus conne que maintenant.
Tu sens que ça passe un peu et en profite pour boire quelques gorgées de ta seconde bière pour atténuer davantage les grattements dans ta trachée. Ta main se glisse dans la poche de ton jean pour attraper une pièce et la poser sur le comptoir avant de la glisser vers le jeune homme. Tiens, la voilà remboursée ta clope. Tu joues machinalement avec le tabac roulé entre tes doigts en te raclant la gorge, t'attendant à un éclat de rire de la part du garçon, honteuse d'avance et furieuse.


made by pandora.

_________________

« In my crown, I'm king, I love their endless worshipping. »

Quatre roses ❀✿
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬ NIVEAU : 1
▬ EXPÉRIENCE : 0/50
▬ DON : Be quiet ▬ Permet d'étouffer tous les sons environnants pour faire régner un silence total, ou d'étouffer une partie des sons pour en mettre un en évidence. Pratique pour faire taire quelqu'un.
▬ PIECES : 8
▬ MESSAGES : 99
avatar

Kilian Vantas

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   Lun 10 Fév - 12:24


Tu la regardais être assise sur son tabouret en bois, une de tes cigarettes entre son index et son majeur, tu te remis face au comptoir, les avant-bras sur la longue plaque de bois solide. Alors qu'on pourrait croire que tu ne la regardais plus, tes yeux vert jade étaient toujours dirigés vers la jeune fille aux beaux et longs cheveux noirs. A l'aveuglette, ta main droite se dirigea vers ta cigarette qui reposait sur le cendrier en verre pour l'attraper sans aucun problème et la diriger vers tes fines lèvres rose pâle, tout en synchronisation avec elle. La seule différence fut que elle, contrairement à toi, était complètement en train de s'enfumer... Un léger sourire déforma ton beau visage en la voyant être en train de s'étouffer. C'était en fait mignon à voir que tu te disais et il y avait aussi surement un côté de nostalgie en toi. Elle remontait à quand ta première cigarette hein ? Y  a bien un moment, quatre ans.

Malgré ce beau spectacle qu'elle t'offrait, aucun rire ne sortit de ta bouche et ton regard quitta ton objectif principal pour le poser sur la pièce qu'elle glissa vers toi en te disant amèrement qu'elle était pour toi. Tout en recrachant la fumée qui était stockée dans tes poumons noirs, tu ne pris pas la peine de récupérer cette pièce mais tu en sortis d'autres. Les regroupant, tu interpellas le barman pour qu'il vous serve deux bières chacun.
Tu te tournas de nouveau vers toi en ayant perdu ton sourire en cours de route, baillant pendant peut-être cinq secondes, tu pris enfin la parole pour engager une vraie conversation : « Alors sinon ? Comment ça se passe ici ? » Dis-tu en fumant tranquillement, posant ton paquet et ton briquet sur le comptoir. « Si tu en reveux une, sers-toi. Enfin, je veux pas non plus que tu finisses pas mourir étouffer hein! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conduir ou choisir; Il faut boire. | ft. Kilian Vantas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que se passe t'il ??et lequel choisir svp ? ( résolu )
» Quel parametre faut -il configurer pour que l'alerte vitesse soit rouge quand on depasse la vitesse autorisée
» Aider choisir un navigateur, connaître un bon site^^
» Savez-vous choisir l’objectif qui vous ressemble ?
» Quel Watercooling choisir??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PHENOMENON. ::  :: château de la cour :: Taverne-
▬ RP(s) LIBRE(s) ;
Aucun.
__________

1 quête disponible
2 objets au marchant itinérant
0 offres au troc
2 chasses
2 recettes d'alchimies
Plus ? Vous ?